La tribune des cheminots n°902


 
Emploi
 
  travailler dans la proximité
 

Suite au dépôt d’une DCI pour la journée d’action du 29 février 2012 sur le refus de l’austérité, la direction a concédé l’organisation d’une table ronde nationale sur l’emploi.

Initialement prévue dans la seconde quinzaine de mars, la rencontre a finalement eu lieu 
le 26 avril dernier (voir ci-dessous).
Alors que la direction des ressources humaines souhaitait se cantonner à la présentation du bilan de l’emploi 2011 et à une explication sur le budget 2012, la CGT l’a obligée à modifier l’ordre du jour.
En effet, les 5 810 recrutements réalisés en 2011 – dont 1 310 sont à mettre au crédit des luttes initiées par la CGT – ne permettent pas de combler les manques d’effectifs, ni de compenser les suppressions d’emplois opérées depuis des années.
Quant au budget prévisionnel 2012, tel que présenté au CCE, il prévoit 4 500 à 5 000 recrutements mais arrive in fine à la suppression de 1 500 emplois, dont 1 480 au Fret.
Est-il possible, sans ces emplois, de permettre un développement du service public ferroviaire tant marchandises que voyageurs, d’améliorer les conditions de vie, de travail et de sécurité des agents ainsi que la qualité du service public ferroviaire et la réponse aux besoins des usagers ?
Et comment faire, dans ces conditions, pour que le changement de service 2013 se passe dans les meilleures conditions pour les agents et les usagers ?
Ce sont sur ces bases que la CGT s’est rendue à cette table ronde, avec l’objectif que cette rencontre soit le début d’un véritable processus de négociations sur l’emploi.
Un processus qui doit trouver des réponses au niveau régional et des déclinaisons locales dans les établissements pour permettre la satisfaction de nos revendications.
Des négociations qui doivent aborder l’emploi dans sa globalité : du volume d’embauche au processus de recrutement, en passant par les types de contrats utilisés (cadres permanents, contractuels, intérim, embauches via le groupe SNCF…) et la ré-internalisation des charges de travail, qui rappelons-le, est un engagement du président Pepy.
L’emploi, quant à lui, doit tenir une place particulière dans notre démarche des États Généraux du service public ferroviaire. Il nous faut plus que jamais travailler nos revendications en interne, en construisant ou en réactualisant nos cahiers revendicatifs locaux, pour ensuite les faire partager par le plus grand nombre dans le cadre de débats publics.

En direct de la table ronde nationale

Pour brosser un tableau « satisfaisant » de la situation de l’emploi dans l’entreprise, la direction s’est retranchée derrière deux arguments: un contrôle financier strict par l’État du budget de l’entreprise et un bilan recrutement 2011 de 6 305 embauches (5 810 embauches + 395 au titre des compensations des accords d’entreprise, temps partiel et CPA* et un reliquat de 2010 de 250).
Même si au fil des arguments portés par la CGT, la direction a quelque peu nuancé ses propos, le budget 2012 reste orienté sur la suppression d’emplois et l’augmentation de la productivité.
La CGT a exigé l’organisation de tables rondes sur l’emploi dans les établissements et régions pour aborder la perspective du changement de service 2013, la rénovation du réseau, la montée en charge du cadencement, mais aussi les problématiques locales emploi et charge de travail.
Dans un premier temps, la direction a refusé catégoriquement. Mais suite à notre insistance, elle a proposé une nouvelle rencontre nationale courant juin. Celle-ci pourrait être déclinée dans les établissements au second semestre 2012.
Face à la multiplication des accidents graves, aux dysfonctionnements chroniques et à la dégradation de la qualité du service public, nous ne pouvons pas nous contenter de cette réponse. Partout, exigeons ces rencontres !
Dans un contexte de concurrence où d’aucun voudrait brader les cheminots, l’emploi est un sujet important. Il doit tenir une place particulière dans notre activité syndicale car il concerne tant l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents que l’optimisation des conditions de sécurité et de sûreté de circulation des usagers et des marchandises.
Le développement de l’emploi à statut doit être une priorité.

* CPA : cessation progressive d’activité




 
Véronique Martin,
secrétaire fédérale.
 
  imprimer la page
N°902 > mai 2012
 
   
[ CE MOIS CI ] 
     
     
Emploi : travailler dans la proximité  <  
Dans les médias  <  
En bref  <  
L’encadrement en action !  <  
Les mobilisations restent à l’ordre du jour !  <  
DCI Équipement  <  
Le Matériel uni avec la CGT  <  
En bref  <  
Menaces sur le RER B en Île-de-France  <  
Révision de la directive de travail  <  
En bref  <  
Boris GENILOTTE collectif jeunes de Chambéry  <  
Pensions : la direction fait blocage  <  
En bref  <  
La CGT face à l’alliance direction-CFDT-CGC  <  
Une démarche commune !  <  
En bref  <  
Les dangers de la simplification du droit  <  
En bref  <  
Agenda  <  
Billet de l’IHS : L’histoire d’une casse !  <  
     
     
[ DOSSIER ]    
Pour une autre organisation de la production    
Ligne à revoir    
Circulez ! Y’a rien à voir…    
Pas de circulation ? Faut voir !    
[ ANCIENS NUMÉROS ]    
     
[ CONTACTS & CRÉDITS ]    

 

© 2004 CGT CHEMINOTS Fédération CGT des cheminots : : Création Webmastering COMTOWN © TDR : :

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site