Actualités

Election TPE

tract-tpe-web1-1.jpgtract-tpe-web2-1.jpg

Elections TPE

tract-tpe-web1.jpgtract-tpe-web2.jpg

3 MILLIONS DE DEMANDEURS D’EMPLOIS

3 MILLIONS DE DEMANDEURS D’EMPLOIS

Plus qu’un cap symbolique, 
une urgence sociale !



Présenté volontiers comme "un cap symbolique", le seuil des trois millions de demandeurs d’emploi sans aucune activité en métropole a en réalité été franchi en août. C’est ce qu’a confirmé ce mercredi matin le ministre du Travail Michel Sapin, tandis que statistiques officielles sont attendue dans la soirée. 
Avec la révélation des multiples plans sociaux soigneusement conservés sous le coude par les entreprises pour ne pas gêner la campagne de Nicolas Sarkozy et avec l’approfondissement de la crise, l’explosion des chiffres du chômage en juillet augurait ces mauvais chiffres attendus. Avec 41.300 inscrits de plus à Pôle emploi dans la catégorie A (sans aucune activité), le nombre frôlait déjà les trois millions en métropole à 2,987 millions. 
Mais en réalité et selon les statistiques officielles, si l’on inclut les demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite, quelquefois juste quelques heures dans le mois, ce sont en fait 4 733 000 de personnes qui étaient fin juillet en quête d’un emploi. 
A ces très mauvais chiffres, il conviendrait aussi d’ajouter les milliers de travailleurs pauvres, notamment de très nombreuses femmes, n’exerçant que des emplois à temps partiel contraint.

Au cours de la conférence sociale des 9 et 10 juillet, la CGT a réaffirmé l’urgence de prendre de nouvelles dispositions pour protéger les salariés au travers d’une véritable politique de création d’emplois, tant dans le public que dans le privé, pour contrer ce qui ressemble de plus en plus à une offensive patronale organisée de dégradation de l’emploi dans tout le pays. 
Parmi les pistes envisagées par le gouvernement, le contrat de génération répond à de louables ambitions, mais la CGT veillera à ce que toutes les conditions soient créées pour que le contrat de génération atteigne bien les objectifs fixés et soit facteur de création d’emplois stables et pérennes pour les jeunes.

Elie Cros s'est éteint hier

201208220941-w350-1.jpg

C'était une figure du syndicalisme castrais mais aussi du militantisme communiste. Elie Cros est décédé hier à l'âge de 82 ans au Refuge Protestant où il résidait depuis qu'il avait quitté sa maison des Farguettes. Militant de la première heure à la CGT, organisation où il est entré en 1965 alors qu'il était ouvrier textile aux Ets Lasbordes, Elie Cros a été secrétaire de l'union locale du syndicat (1968-1977) et membre du Parti Communiste dont il était un pillier. «Un homme très intelligent, à l'écoute de tous» indique Michel Marty, l'un de ses proches. Originaire de Fontbonne, dans les Monts de Lacaune, Elie Cros s'est épanoui dans le syndicalisme «qui lui a tout apporté et auquel il a tout donné» comme le rappelle Philippe Fournier. Elu sur la liste d'Union de la Gauche en 1977 à la mairie dans l'équipe Gabarrou, «sa nomination au poste d'adjoint à l'Education, lui l'ouvrier autodidacte, a fait grincer des dents» se souvient Louis Tignères. Une revanche pour cet homme appréciable et apprécié, toujours la cigarette à la main, qui consacrait l'essentiel de sa vie à son engagement. Il est ainsi resté 12 ans adjoint à l'éducation puis, en 1995 , retrouve un poste d'adjoint à l'action sociale dans l'équipe Mandement. Il y a quelques semaines à peine, il passait encore comme à son habitude à la Bourse du Travail et au siège du Parti où il aimait classer les archives, témoin d'une époque et fidèle à ses camarades qui étaient aussi ses amis.

Son inhumation, cérémonie civile, est fixée à 14h vendredi au cimetière Saint-Jean.

J.-M.G.

Article de la dépêche du 22/08/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site